La tolérance alimentaire correspond à une acceptation ou plus précisément à une non-action de notre système immunitaire envers des molécules alimentaires digérées correctement.

En réalité, c’est notre microbiote qui favorise la tolérance alimentaire.

En effet, lorsque notre écosystème est équilibré avec une bonne biodiversité microbienne, les bactéries « amies » informent notre système immunitaire que tout va bien. Il n’y a rien à déclarer. Le système immunitaire reste alerte, mais ne réagit pas.

Lorsque notre microbiote est perturbé, la communication entre le microbiote et le système immunitaire est altérée, favorisant ainsi une sensibilisation alimentaire pouvant évoluer vers une allergie envers des aliments.

Les allergies alimentaires sont donc en partie la conséquence d’une perte de la tolérance orale à des aliments suite à une modification du microbiote. C’est pourquoi la prise en charge du microbiote est de plus en plus prise en compte comme stratégie thérapeutique dans les allergies.

Théoriquement, l’intolérance à un aliment est la conséquence d’une digestion incomplète des aliments par les enzymes digestives, ce qui entraîne que l’aliment n’est pas dégradé jusqu’à son niveau le plus simple de monomère (glucose, acide aminé ou acide gras).

L’exemple le plus connu est l’intolérance au lactose qui ne permet pas au lactose d’être scindé en glucose et galactose en raison d’une carence en lactase, ce qui entraîne des troubles digestifs bien connus.

En fait, ce qui est réellement important de comprendre, c’est que la présence d’anticorps IG envers les aliments semble indiquer avant tout une perméabilité intestinale accrue, car normalement la muqueuse intestinale est imperméable et ne devrait pas permettre le contact entre des molécules alimentaires et le système immunitaire.

Si l’on comprend cela, on peut estimer que la prise en charge de ces soi-disant intolérances alimentaires ne passe pas nécessairement par des régimes d’exclusions, mais par la correction de l’hyperperméabilité intestinale qui nécessite entre autres une prise en charge adéquate du microbiote et de la barrière intestinale. Dès lors, une bonne prise en charge de notre microbiote devrait faire disparaître progressivement les témoins sanguins de l’hyperperméabilité intestinale que sont les IG alimentaires.

Pour découvrir ce que cache votre microbiote

 

Vous pouvez prendre rendez-vous sur doctolib pour un bilan complet avec un test respiratoire ou bien commander sur bactanalyse le test du SIBO et le réaliser à la maison avec la réception des résultats rapidement.